Le 9 mars, osez « Nice Autrement », osez Patrick Mottard

mars 7, 2008

MUNICIPALES 2008 – UN FAUX DEBAT

Les derniers jours de campagne ont été largement pollués par un débat artificiel alimenté par des sondages qui tombent à point nommé pour que les listes « officielles » puissent défendre la thèse du VOTE UTILE.

Cette question du vote utile est nulle et non avenue à un premier tour d’élection municipale. Elle ne se pose même pas.

La règle est simple.

1) Chaque liste qui fait plus de 10 % des voix est qualifiable pour le deuxième tour. Ainsi, le FN sera au second tour s’il fait 10 % et n’y sera pas s’il fait moins de 10 %. Qu’il y ait une, deux ou dix listes de gauche ne change rien. Le raisonnement est le même par rapport aux listes de droite.

2) Chaque liste ayant plus de 5 % des voix peut fusionner avec une autre. A gauche, l’union est donc possible dans tous les cas de figure sur la base de la volonté des électeurs. Exemple : la liste de gauche A fait 20 % et la liste de gauche B 10 %, elles fusionnent en faisant une liste où il y aura 2/3 de A et 1/3 de B.

3) Les listes faisant moins de 5 % sont éliminées. Il s’agit de 5 % des VOTANTS : c’est-à-dire qu’il y aura toujours une liste de gauche au second tour.

Nulle trace d’exigence d’un quelconque vote utile dans tout cela.

En 2001, ma liste « Nice Plurielle » avait fait 28,5 % au premier tour, l’autre liste de gauche (Ciccolini, aujourd’hui sur la liste officielle) avait fait 4,5 %. Au second tour, j’avais fait plus de 41 % grâce à un discours très ouvert sur la société civile.

MUNICIPALES 2008 – UNE BONNE RAISON DE VOTER NICE AUTREMENT

Pour quelle raison voter Nice Autrement ?

De deux choses, l’une.

1er cas de figure

Après le premier tour, la gauche a des chances de l’emporter dans une triangulaire. Il faudra pour cela dépasser les 40 % au deuxième tour. La gauche classique des appareils plafonne à Nice, on le sait depuis des années, à un tiers maximum de l’électorat. Pour gagner, il faut donc rassembler au delà de la gauche traditionnelle et renouveler l’offre et les pratiques politiques, idées sur lesquelles est basée la campagne de Nice Autrement. Un bon score de notre liste et sa forte implication dans une liste de rassemblement de second tour est donc la meilleure façon de gagner les 8 ou 10 points nécessaires à la victoire.

2e cas de figure

Après le premier tour, la gauche n’a manifestement aucune chance de gagner. Il serait plutôt rassurant de retrouver au Conseil municipal des Patrick Mottard, Clotilde Gimond, Pierre Laigle, Céline Lacroix et autres Lucien Fouques pour animer l’opposition, à côté d’un Patrick Allemand empêtré dans ses responsabilités régionales et mal épaulé par des coéquipiers socialistes connus pour avoir été les maillons faibles de Nice plurielle.

Résultat: dans les deux cas de figure, chaque voix pour Nice Autrement est une voix… UTILE pour la gauche.


Une soirée de campagne… autrement !

mars 6, 2008

cla-christian.jpg

Mardi 4 mars, Nice Autrement a de nouveau fait campagne … autrement.

Au traditionnel meeting, nous avons substitué une pièce de théâtre, au CAL de Bon Voyage. Bernard Gaignier a, une fois encore, fait revivre ces magnifiques « Fragments de Nice », écrits par Patrick Mottard.

Pour une fois, laissons parler un de nos amis. Il n’est pas sur la liste, mais il est toujours prêt à nous aider ! Ils sont comme lui nombreux à faire campagne à leur façon, sur les blogs et dans la ville, et on les en remercie chaleureusement !

« Les spectateurs qui n’ont pas lu son livre, auront envie de l’acheter. Ceux qui l’avaient lu ont beaucoup applaudi, les fragments choisis nous ont conduit en Pologne, Bulgarie, Prague, Serbie … D’autres nous baignaient en baie des Anges. Le coureur de fond rencontrait la sprinteuse. On a gagné en 1981 et on a chanté. Le train des Pignes nous conduisait dans les montagnes. Le candidat à la mairie de Nice est passé si près la dernière fois.

Ce fut une bien belle soirée.

Patrick Mottard est celui qui s’oppose à ceux qui cumulent, celui qui ne veut pas laisser faire et fait autrement. Pour ces raisons aussi, je ne suis pas resté à dire, j’ai fait ! Je suis rentré dans la mêlée.

Merci Patrick, l’humain est au centre de ton engagement, ici j’en témoigne. J’ai découvert mois après mois les militants de ton équipe, il y a ceux de la liste, et tous les autres. Semaines après semaines ils étaient de plus en plus souriants, je les sentais heureux d’être là.

Tu as réussi cher Patrick, tous s’y mettent avec coeur, je me sens accueilli quand j’arrive, je ne connaissais personne, je vous connais tous, merci Patrick Mottard tu es le Capitaine de cette équipe quelque chose de nouveau est né. »

(Photo de Christian Jambou)


Interview de Pierre Léopold, sur la Politique Scientifique

mars 5, 2008

Pierre Léopold est Directeur de Recherche INSERM et dirige une équipe au sein de l’unité CNRS 6543, à la Faculté des Sciences de Valrose. Ses travaux portent sur la régulation de la croissance et de la prolifération des cellules. Son modèle d’étude est la drosophile, une petite mouche qui partage bien des mécanismes avec nous autres les humains!

D’après Pierre, la ville pourrait jouer un grand rôle dans l’accueil, temporaire ou non, de chercheurs étrangers de haut niveau, et contribuer ainsi à augmenter le rayonnement scientifique de l’Université. Il nous parle également de son expérience dans la transmission des connaissances scientifiques dans les collèges et lycées.


Les 69 coups de coeur de Nice Autrement

mars 2, 2008

img_8258.jpg
Présentation de l’opération « coups de coeur » à la presse
vendredi 29 février

Une liste composée pour une élection municipale, ce ne sont pas seulement des candidats, ce sont des hommes et des femmes qui vivent dans une ville, qui l’aiment, et, durant cette journée du 1er mars, ils se sont rendus sur leur lieu « coup de coeur » pour y faire campagne.

Patrick Mottard, accompagné de Clotilde Gimond à la caméra, et de Laurent Flipo puis Antoine Juszczak au volant, sont allés leur endre visite aux quatre coins de la ville.

Voici comment ils parlent de leur lieu de prédilection.

En vidéo ici, et plus loin en détail:

 

Les colistiers de Nice Autement aiment leur ville
et ils le disent…

1 – Patrick MOTTARD
Résidence l’Arc en Ciel, Pasteur
Quarante-deux ans. Quarante-deux ans déjà.
L’Arc en Ciel n’a pas changé.
Immeuble-quartier au cœur de Pasteur, il égraine toujours son chapelet de constellations : Croix du Sud, Grande Ourse, Astrée, Gémeaux…
Dans les années soixante, années béton, années pognon, un seul promoteur avait à Nice la tête dans les étoiles et ce fut le nôtre.
Regroupés en deux ailes perpendiculaires, les trois cent soixante logements prolongés par leurs trois cent soixante balcons convergent toujours vers la cour intérieure, celle de nos rires et de nos jeux.
Le jardin, l’asphalte rouge, les enfants au teint mat, les voitures du dimanche… Rien n’a changé.

2 – Clotilde GIMOND
Hôpital Lenval, Promenade des Anglais
Mon choix « coup de coeur » s’est imposé comme une évidence : c’est Lenval sur la Promenade. D’abord parce que mon fils y est né. Ensuite parce que la Promenade a été, pendant des années, un lieu de promenade familiale, et mon fils y a appris à marcher, puis à courir. Depuis quelques mois, on y revient, pour courir et faire du vélo justement. On dit que la Prom c’est toujours pareil mais ce n’est pas vrai. La couleur de l’eau, du ciel, les gens de passage, touristes comme niçois, tout cela change en permanence. Et à chaque fois que je passe sur la Prom, le week-end ou au retour de vacances, je regarde Lenval avec beaucoup d’émotion…

3 – Pierre LAIGLE
Ancienne école du Monastère de Cimiez
C’est l’école que j’ai fréquenté enfant. Mon chien, qui était incroyable, venait me chercher régulièrement à la sortie. L’école a disparu, mais les bâtiments sont toujours là. On doit y installer une crèche. C’est bien.

4 – Céline LACROIX
La Promenade des Arts
Comment proposer des activités culturelles aux enfants, qui les réjouissent et leur donnent envie d’exciter toujours plus leur curiosité ? Avec cette petite idée que l’art contemporain est une introduction ludique à l’art et à la pratique muséale…
C’est parti pour le MAMAC !
Et ça fonctionne, des sentiments se mêlent, l’intérêt, l’émerveillement, le rire. L’art fait son petit effet ! Il y a aussi le bâtiment, objet d’art en soi, tout autant qu’espace de jeu ; la distribution de l’espace offre aussi la joie de courir dans les coursives… et le jardin sur le toit !
Du plaisir à tous les étages.
C’est sur une passerelle extérieure, alors que les enfants mettent des mots sur ce qu’ils viennent de voir : les objets étranges, les accumulations, les formes et les couleurs, qu’un coup de vent emporte le petit chapeau de ma fille.
Tout à coup, ce petit chapeau bleu qui tournoie dans le vent, accompagné des cris et des rires des enfants, se transforme en objet d’art. Une tâche bleue s’élève, légère, aérienne, libre, puis se précipite et s’écrase au sol, tout en restant protégée par l’enceinte muséale. la suite ici


Programme des quartiers de « Nice Autrement »

février 26, 2008
Synthèse des questionnaires de quartiers

img_8208.jpg

Cette synthèse reprend exclusivement les problèmes récurrents à l’échelle de la ville et les solutions les plus souvent proposées, le but de la lecture des questionnaires étant double : elle permet, à la fois, de localiser les problèmes dans l’espace, et de se faire une idée des aspirations communes à l’ensemble des Niçois. Cette synthèse générale se concentre sur le second objectif.

D’un point de vue général, il se dégage des réponses apportées l’impression que les Niçois sont « perdus » et subissent plus qu’ils n’accompagnent la ville dans son existence et ses changements.

Les habitants ayant répondu à ces questionnaires sont unanimement favorables aux principes de la démocratie participative, qu’ils ne voient pas seulement comme un espace de débat sur les grandes orientations politiques ou sur les décisions plus locales concernant un seul quartier, mais aussi comme un instrument de l’exécution des politiques décidées. En même temps qu’ils approuvent fortement l’envoi de questionnaires et réclament davantage de débats, ils souhaitent également le plus grand investissement des élus sur le terrain et un renforcement de la présence des services municipaux : ce sont les mêmes personnes qui, dans leurs réponses, demandent ET une plus grande participation citoyenne ET une meilleure communication entre citoyens et services publics.

Les personnes ayant répondu aux questionnaires ont fait le plus souvent preuve d’une indéniable maturité et d’une bonne connaissance de la vie publique : pratiquement aucun questionnaire renvoyé ne pratiquait la confusion entre les enjeux locaux et nationaux, La quasi-totalité des problèmes soulevés et des propositions faites correspondent aux domaines de compétence d’une municipalité : les Niçois demandent au candidat à la Mairie de réparer la cohésion sociale, pas de s’opposer à la guerre en Irak, ou encore de réinstaurer une police de proximité et non de créer un projet alternatif à la rétention de sûreté.

De même, les propositions sont, dans la quasi-totalité des cas, des propositions modérées : si la délinquance est l’un des problèmes les plus souvent soulevés, les personnes insistant sur ce sujet l’accompagnent de demandes d’une police de proximité, d’antennes chargées de l’écoute des habitants des quartiers, d’une maîtrise de leur terrain de la part des services de police et non d’opération de type Villiers-le-Bel. la suite ici


Nicecitta : le live

février 25, 2008

virgin.jpg

Ais aux amateurs ! La vidéo de l’interview sur le cinéma et l’audiovisuel réalisée au Virgin Café est enfin disponible sur OnlineTV.


Les candidats de Nice Autrement aux élections cantonales

février 25, 2008

Les 9 et 16 mars, les élections municipales ne seront pas le seul scrutin auquel seront invités à participer les électeurs. En effet, les élections cantonales permettront le renouvellement pour moitié des conseils généraux, c’est-à-dire les assemblées départementales.

Nice Autrement a décidé de présenter des candidats aux élections cantonales dans tous les cantons renouvelables de Nice, à savoir les cantons 1, 2, 4, 6, 9 et 13, sous l’étiquette « Socialistes et Démocrates ». Pour la première fois, les candidats devront avoir des suppléants de l’autre sexe. Nice Autrement a choisi trois femmes candidates avec trois hommes suppléants, et trois hommes candidats avec trois femmes suppléantes, respectant ainsi la parité jusqu’au bout.

Voici les candidates et candidats qui représenteront notre démarche :

Céline LACROIX et Lucien FOUQUES (Nice 1)

Roselyne COLON et Samuel ALIÉ (Nice 2)

 Joël SIMON et Irène LE BLOND HENNER (Nice 4)

Pierre LAIGLE et Rachel FROISSARD (Nice 6)

Anik LE LIBOUX et Patrice BENOIT (Nice 9)

Salah BELATI et Anne PÉGARD (Nice 13)

lacroix.jpgcolon.jpgsimon.jpg

laigle.jpgliboux.jpgbelati.jpg


La politique culturelle autrement

février 21, 2008

img_8020.jpg

Jeudi 21 février, sur l’esplanade entre le Théâtre de Nice et le MAMAC, Patrick Mottard, en compagnie de plusieurs membres de la liste dont Christian Depardieu (directeur de galerie d’art) et Jean Montoya (ancien DRAC), présentait à la presse les propositions de Nice Autrement en matière de politique culturelle.

LES PROPOSITIONS

1 Créer un comité d’action culturelle composé de personnalités du monde de la culture et de représentants de l’éducation pour fixer les grandes orientations et les objectifs d’une politique de création de la demande et de programmation-coordination-communication de la diffusion.

2 Doubler la capacité d’accueil de l’école municipale d’arts plastiques (EMAP), qu’il s’agisse des locaux ou des professeurs.

3 Créer des équipements culturels de proximité comprenant des petites salles de spectacle et de répétition ainsi qu’une Maison du Théâtre de 300 places réservées aux troupes locales avec une programmation tournante.

4 Décentraliser des ateliers de l’EMAP dans les Maisons de quartier en collaboration avec les associations d’éducation populaire.

5 Réorganiser les musées niçois pour les rendre plus attractifs : éduction du nombre de sites (de 14 à 10), gratuité des musées municipaux, multiplication des « nocturnes ».

6 Créer d’un musée du Carnaval pour conserver et valoriser ses caractères culturels, sociétaux, patrimoniaux ou artistiques et accueillant des expositions temporaires faisant découvrir des carnavals étrangers révélant des thématiques particulières.

7 Trouver pour l’Opéra et l’Orchestre philharmonique des partenariats privés et publics.

8 Participer à la promotion de la culture scientifique : ouverture d’une « Maison de la Science » en centre ville avec expositions alternantes et mise en place d’une plateforme Internet interactive facilitant les échanges et les collaborations entre chercheurs, enseignants du primaire et du secondaire et responsables d’associations.

9 Développer le tourisme culturel autour des grandes expositions internationales (sur le site de la Gare du Sud), des musées, de la culture scientifique, de la Préhistoire et de « Nicecitta ».

10 Promouvoir « Nicecitta », projet qui consiste à faire de Nice un des centres du cinéma européen (voir en annexe 1 les 10 propositions du projet « Nicecitta).

11 Faire de Nice une ville européenne (voir en annexe 2 les 10 propositions pour l’Europe à Nice).

12 Promouvoir deux « saisons » artistiques, l’une au printemps, l’autre en automne.

– En mai-juin, un « Printemps des Arts » regroupant les grandes expositions dans les musées, dont les vernissages seraient avancés en mai, avec plusieurs événements d’art vivant (opéras, concerts, spectacles de danse, de théâtre, de cinéma…) se prolongeant en juillet et août par des festivals revisités (multidisciplinaires) bien dans le XXIe siècle.

– En septembre-octobre, une programmation autour de la photographie (« Septembre de la photo »), du patrimoine, du design avec, en point d’orgue, la foire d’art contemporain et le festival de la jeune création (Cf. proposition 13). ; avec également des opéras, des concerts, de la danse, du théâtre et du cinéma.

13 Structurer et développer un marché de l’art pour offrir des débouchés aux artistes habitant et travaillant à Nice en relançant une grande manifestation d’art contemporain comprenant un volet économique et un volet culturel.

– Le volet économique sera constitué d’un rendez-vous annuel au Palais des Expositions (« Foire d’art contemporain »), réunissant les galeries d’art contemporain internationales (avec une place particulière pour celles de Nice) pour faire se rencontrer professionnels et collectionneurs.

– Le volet culturel sera constitué par un « Festival de la jeune création » avec un jury et une sélection. Le thème pourrait en être, par exemple, la performance, domaine artistique dans lequel la ville de Nice peut se prévaloir d’un passé et d’un présent très actif.

14 Promouvoir l’apprentissage de la langue niçoise en facilitant la diffusion des œuvres écrites en niçois et en actualisant les fêtes niçoises pour les rendre plus en phase avec notre mode de vie actuel.


Le Conseil Scientifique de la Ville de Paris : le témoignage du Professeur Alain FISCHER

février 18, 2008

photo-fischer.jpg

La recherche scientifique et la science en général jouent un rôle essentiel dans notre société. L’une des priorités de Patrick Mottard est de faire de Nice une véritable ville universitaire (voir les 110 propositions de « Nice Autrement » et les précisions dans la catégorie « Enseignement Supérieur et Recherche »).

L’une des mesures phares concernant la recherche et l’Université sera la mise en place d’un Conseil Scientifique auprès de la mairie. Il sera représentatif de l’ensemble des champs disciplinaires présents dans la recherche à Nice et comprendra également des représentants de la recherche privée.

Une expérience de ce type a été menée depuis quelques années à la mairie de Paris.

« Créé en 2002 par décision du Maire de Paris, le Conseil scientifique est une instance d’expertise et d’évaluation destinée à éclairer les décisions municipales dans les domaines qui relèvent de ses champs de compétences : recherche, enseignement supérieur, technologie, culture scientifique et technique. Composé d’une trentaine de membres, de femmes et d’hommes français et étrangers, issus de la recherche publique et de l’entreprise, le Conseil scientifique désigné rassemble des personnalités reconnues et respectées au sein de la communauté scientifique (…). Ainsi, le Conseil peut identifier certaines activités scientifiques dont le développement à Paris présente un intérêt majeur pour la capitale. Il peut également proposer au maire de Paris des moyens visant à encourager leur installation, leur développement ou encore à faciliter le débouché d’innovations technologiques porteuses. »
Source : http://www.paris.fr

Le Conseil Scientifique de la Ville de Paris a ainsi présenté plusieurs rapports, concernant les transports, les antennes téléphoniques relais, la création ou la rénovation de plusieurs instituts de recherche, la promotion de la culture scientifique mais aussi les relations entre universités, entreprises et emploi.

Nous avons demandé au Professeur Alain Fischer, Directeur d’une unité de Recherche à l’INSERM et Chef du service « Unité d’Immunologie et d’Hématologie pédiatriques » à l’Hôpital Necker de Paris, quelle avait été son expérience en tant que membre de ce Conseil Scientifique.

Comment s’est déroulé votre travail au sein de ce conseil ?

Le Conseil se réunit en séances plénières deux à trois fois par an, mais il y a plusieurs groupes de travail ad hoc qui ont été constitués. Ainsi beaucoup de travail est effectué hors séance plénière. J’ai participé à plusieurs rapports, évaluations de projets, notamment dans le cadre du soutien de nouvelles équipes de recherche dans le secteur des sciences de la vie et en santé, ainsi qu’à une mission d’expertise sur les antennes relais de téléphonie mobile. Un sous-groupe a travaillé sur ce sujet délicat pour lequel la Mairie avait besoin d’un éclairage scientifique sur la dangerosité éventuelle des ondes électromagnétiques émises par ces antennes. Notre rapport a été rendu après auditions et examen de nombreux documents, il a conclu au fait qu’il ne paraissait pas justifié de modifier le plafond d’émission. Nos conclusions ont fait l’objet de discussions au sein du Conseil de Paris et avec les associations.

Ce qui est remarquable au sein de ce conseil c’est sa diversité, le fait qu’il soit à parité hommes/femmes selon le souhait du Maire et la présence de plusieurs membres étrangers, qui sont très présents aux séances plénières. Ils apportent une expérience et une richesse de reflexion de qualité.

Parmi les propositions du Conseil Scientifique, y en a-t-il une particulièrement intéressante à vos yeux ?

L’une de nos propositions, créer une Maison de la Science à Paris autour de la question de la culture scientifique, a été reprise dans le programme de Bertrand Delanoë pour les prochaines élections municipales. La Mairie a par ailleurs entrepris un programme important de constructions et de rénovation de logements pour l’accueil d’une part d’étudiants, d’autre part de jeunes chercheurs et de collègues étrangers. Cet effort est sans précédent, mais les besoins encore importants. En parallèle, la mairie a également développé un programme d’accueil de chercheurs étrangers, dont le séjour dure un an ou moins. Ce programme fonctionne bien et est compétitif, ce qui montre son intérêt.

Par ailleurs, le Conseil Scientifique a été force de propositions dans la promotion de la culture scientifique et technique quand à l’organisation de colloques, débats et expositions destinés au grand public. La Mairie a entrepris beaucoup d’actions dans ce domaine, même si là-aussi on peut souhaiter voir l’action s’amplifier.

Vous considérez donc qu’il s’agit d’une bonne expérience ?

Cette initiative, inédite à ma grande surprise, est remarquable à mon sens. Il me semble qu’un conseil scientifique peut, en restant strictement dans son rôle d’expertise scientifique, aider les élus d’une grande ville dans la prise de décisions dans des domaines très divers, des transports à la politique de l’eau en passant par l’aide au développement de l’enseignement supérieur et de l’innovation. A titre personnel, participer à ce conseil fut une expérience enrichissante faite de débats de haut niveau concernant des questions très variées. Les Maires d’autres grandes villes devraient s’en inspirer.

Vis-à-vis des Universités, y a-t-il une politique particulière de la mairie de Paris ?

Je constate avec satisfaction que le programme du Maire actuel comporte la volonté d’investir de façon très significative pour l’Enseignement supérieur, la recherche et l’innovation. Dans ce cas, le rôle du projet Conseil scientifique sera encore accru!

Alain Fischer est Directeur de l’Unité INSERM U 429 « Développement normal et pathologique du système immunitaire « , à l’Hôpital Necker/Université Paris-Descartes. Ses travaux de recherche portent sur les anomalies génétiques de développement du système immunitaire, leurs conséquences et leurs traitements dont la thérapie génique. Il est membre de l’Académie des Sciences.


Les 110 propositions de Nice Autrement

février 16, 2008

110-propositions.jpg

Ce samedi 16 février, Patrick Mottard présentait le programme de Nice Autrement à la presse, un programme qui prend la forme de 110 propositions.

Pour les consulter, télécharcher le pdf.

les-110-propositions.pdf